Cuts Make the Country Better
En collaboration avec François Lemieux

[Not a valid template]

En 2011, le gouvernement des Pays-Bas ­– une coalition de droite – annonçait des coupes drastiques dans le soutien public aux arts. Ce soutien, similaire au modèle canadien, était jusque-là l’un des plus généreux au monde. Désormais, il privilégierait les « gagnants », les grandes institutions touristiques et la loi du marché.

À l’automne 2014, François et moi nous sommes rendus aux Pays-Bas pour réaliser une série d’entrevues filmées avec des artistes et travailleurs culturels sur les circonstances et les effets des coupes : les raisons qui avaient empêché le milieu artistique d’arrêter les coupes – ou même de tenter de s’y opposer –, les conséquences de cet échec, mais aussi les différentes initiatives politiques et artistiques qui sont nées de ces bouleversements. À travers l’exploration de ces évènements, c’est aussi toute la question du rapport des artistes au politique, à la liberté et au modèle entrepreneurial qui est abordée.

À l’hiver 2015, nous présentions une première ébauche des résultats de nos recherches à la galerie articule (Montréal), lors de l’exposition Cuts Make the Country Better. Évolutive, celle-ci se voulait une plateforme de discussion sur l’état du milieu des arts au Canada à partir du cas néerlandais. Projections de films documentaires, entrevues et discussions publiques sont venues ponctuer l’exposition, qui s’est achevée avec le lancement d’un numéro de la revue Le Merle, cahier sur les mots et les gestes, et la projection du film réalisé à partir des entrevues.

Avec cette exposition, c’est le pendant canadien du projet qui s’est amorcé. Nous planifions présentement une tournée de projections dans différents espaces d’art à travers le pays. Une première projection aura lieu au Cineworks, à Vancouver, en juin 2015.

[Cuts Make the Country Better, par Michael Eddy]
[Entrevue avec David Tomas]
[Notre style de jeu, par Josianne Poirier]

 

Icône de la page projet: Platform Beeldende Kunst