À l’ombre des projecteurs : DARE-DARE au Quartier des spectacles
Texte publié dans la revue Esse art + opinion no 82, 2014.

« En juin 2012, au plus fort des manifestations du Printemps érable, une dizaine d’individus portant un t-shirt identique s’assoient sur le bord du trottoir longeant la Brasserie T !, sur la Place des festivals, pour y manger un sandwich. À des techniciens de L’Équipe Spectra venus leur demander d’expliquer leur présence, l’un d’eux remet une carte où il est écrit : «L’utilisation de l’espace public est un privilège et non un droit.» S’ensuit une série d’appels téléphoniques inquiets entre L’Équipe Spectra et l’administration du Quartier des spectacles, qui rebondissent jusqu’à la roulotte de DARE-DARE, hôte de la performance : l’administration enjoint au centre de faire cesser immédiatement ces actions «politiques». Avec le projet Secondes zones d’Anne-Marie Ouellet, les relations entre DARE-DARE et son nouvel hôte, le Quartier des spectacles, s’amorcent sous le signe de la suspicion.

Si ces relations se sont normalisées depuis, elles n’en fournissent pas moins un point de vue éclairant sur les tensions qui s’intensifient entre des intervenants pour qui la culture représente un moteur économique et des artistes pour qui la rentabilité n’est pas le premier objectif – avec, entre les deux, des organismes qui tentent de préserver leurs acquis au coeur de la tranquille tempête des politiques culturelles… »

esse_82-cover

Cliquez sur l’image pour accéder au texte.